Malgré l’échec des tentatives d’organisation du mouvement écologique n’ayant pas pour objectif une action précise comme le Larzac, le Moratoire nucléaire et la campagne de René Dumont, les réunions au plan national gardent leurs fervents. Pourtant, il semble très probable qu’une nouvelle réunion nationale ne pourrait déboucher que sur un affrontement de plus et une belle pagaille, ou sur un « coup d’état » des groupes influents, la naissance d’une fédération nouvelle et, au total, la dissociation du mouvement écologique.

Continuer la lecture

Etant l’un des premiers artisans de la campagne électorale du mouvement écologique, « magouilleur » abominable, « centralisateur » invétéré, je me sens tout à fait à l’aise pour critiquer les plans de structuration du mouvement écologique et dénoncer les risques de pareille entreprise.

Il me semble tout d’abord un peu abusif de se réclamer de la campagne René Dumont pour tenter de promouvoir des projets où l’on parle de créer des organismes d’administration, de représentation et de décision, des projets où l’on parle de permanence des délégations de pouvoir… Pourquoi ne pas appeler un chat un chat et parler de « comité central » de « cellule de base » et de « présidence » ?

Continuer la lecture

Aline et Raymond Bayard étaient fondateurs de Maisons Paysannes de France qui, à l’époque, se considérait comme partie prenante du mouvement écologiste issu des années soixante, celui qui déjà s’affaiblissait sous les coups de ses nombreux ennemis.

https://www.eyrolles.com/BTP/Livre/les-maisons-paysannes-de-l-oise-9782212121247

 

Aline me met en garde contre les agissements de celui que – comme par hasard – je connaissais le mieux au sein de cette autre association écologiste, mais trop superficiellement pour un personnage aussi trouble. Très disponible, très présent, il faisait donc le même travail de sape que ceux, prétendument à gauche voire gauchistes, qui avaient rejoint les écologistes et venaient de tomber le masque à l’occasion de la mésaventure électoraliste avec René Dumont. D’ailleurs, ils se connaissaient si bien… peut-être trop bien, comme des amis de longue date – ou des complices. Justement, tous avaient en commun de vouloir dénaturer et réduire le mouvement social en faisant passer tout le monde sous les fourches caudines du système capitaliste.

C’est le courrier d’Aline Bayard qui m’a révélé l’ampleur de la manoeuvre, sa coordination. Ainsi, les mêmes manipulations étaient en cours dans toutes les composantes du mouvement ! Mêmes procédés, dissimulation et mensonge, pour créer des hiérarchies de pouvoir capitalisé dans une dynamique holistique qui les avaient condamnées et, au contraire, était en recherche de plus de démocratie et de plus de mouvement.

Continuer la lecture