Ce curieux « philosophe écologiste » a été un fervent partisan de la multiplication de grands comptoirs de traite hors de toute mesure, hors de tout contrôle. Comme au temps de la colonisation la plus brutale, ces lieux gorgés de marchandises tentantes et toujours renouvelées étaient conçus pour piéger les nouveaux indiens – les français avant beaucoup d’autres. Cette machine de guerre du capitalisme de conquête est vite devenue une ennemie farouche des écologistes et de l’ensemble de la nouvelle gauche qui portaient la dénonciation de la société de consommation.

 

après l’article :

une réaction à une émission de France Inter diffusée le 2 mai 2013

un commentaire à propos de la sortie d’un nouveau livre de louanges en novembre 2016

 

En complément :

1971 – Tir de barrage contre une campagne de dénonciation du tout jetable, par ACG

Continuer la lecture

Au début des années 1970, Henri Laborit n’a pas participé à la Semaine de la Terre. Nous n’avions pas pensé à le contacter. Dommage, car il était pleinement dans le courant de la nouvelle gauche. Or, plus tard c’était déjà trop tard. Le cordon sanitaire dressé autour des écologistes après la Semaine de la Terre fut si efficace que Henri Laborit, ayant tenté de les approcher vers 1976, ne put rencontrer que les imposteurs qui nous avaient censurés et chassés. En 1985, sur Radio Libertaire, il témoignera qu’il n’avait vu que « des gens uniquement préoccupés de luttes de pouvoir. Alors…« . Dégoûté, il avait tourné les talons.

 

Pourquoi ce site ?

http://lionel.mesnard.free.fr/le%20site/henri-laborit.html

 

 

 

article paru dans Ecologie n°8, 1976

 

Au moment où la population mondiale vient de franchir allègrement le cap des quatre milliards, la propagande nataliste connaît un regain de vogue. Comme à la veille de la dernière guerre, à l’époque du « Code de la famille », ou au bon vieux temps de Paul Déroulède, les moyens d’information (?) donnent la parole aux populationnistes qui s’inquiètent de la baisse de la natalité en France. J’ai relevé, en l’espace d’une semaine à la fin juillet, une chronique matinale d’André Arnaud sur Europe 1, une enquête présentée lors du Journal de 13H sur RTL et une interview de Michel Debré par Jean Carlier dans Parents. Sauf cette dernière interview un peu tempérée par l’orientation de certaines questions de Jean Carlier, les autres distillaient sans nuance les arguments natalistes. Pour que la liste soit plus complète, il faut ajouter un article, sous la signature d’un ancien ministre, dans un canard majoritairement distribué aux habitants du XVème arrondissement de Paris et des déclarations de Pierre Chaunu (professeur d’histoire à la Sorbonne) (1), des articles dans l’hebdomadaire Valeurs Actuelles, le dernier ayant été publié dans le numéro du 9 août. Même François Mitterrand à la Chambre et Michel Jobert, qui dans Le Monde parle d’« auto-génocide », y sont allés de leurs quatrains ! Bien que l’on m’ait affirmé (à RTL) qu’il n’y avait aucune campagne à l’origine de tout ce bruit, il est rare qu’une série d’articles et de chroniques sur un sujet qui n’est pas d’une brûlante actualité soit le fruit du hasard.

Continuer la lecture