Révoltes en Indonésie

Sur le rôle de l’Union Européenne dans la promotion des « biocarburants » et les conséquences écologiques et sociales :
http://ckpp.wetlands.org/
http://news.mongabay.com/2010/0204-palm_oil.html

Qui, dans les structures européennes, a appuyé cette décision ?
Qui aurait approuvé le classement des plantations de palmiers à huile – une authentique désertification – en forêts tropicales ?

Ancienne colonie néerlandaise, abandonnée de tous, en particulier de Bernhard des Pays Bas – un des stratèges de l’offensive capitaliste de la guerre froide et de l’émasculation de la protection de la nature, la Nouvelle-Guinée Occidentale a été agressée et annexée par l’Indonésie en 1961, à peine plus d’une année après la découverte des gisements de cuivre de l’Ertsberg par un géologue de Freeport McMoRan Copper & Gold Inc., la compagnie nord-américaine originaire de Phoenix Arizona qui, depuis l’invasion, ravage, pille et souille les territoires papous.

« (…) L’homme blanc, lui, retourne le sol, abat les arbres, détruit tout. L’arbre dit : « Arrête, je suis blessé, ne me fais pas mal ». Mais il l’abat et le débite. L’esprit de la terre le hait. Il arrache les arbres et ébranle jusqu’à leurs racines. Il scie les arbres. Cela leur fait mal. Les Indiens ne font jamais de mal, alors que l’homme blanc démolit tout. Il fait exploser les rochers et les laisse épars sur le sol (…) Comment l’esprit de la terre pourrait-il aimer l’homme blanc ? Partout où il la touche, il laisse une plaie« , citation d’une autochtone de Californie (peuple Wintu) rapporté par Teri McLuhan dans « Pieds nus sur la terre sacrée« 

 

Continuer la lecture

Commençons par nous souvenir de ce qui a précédé et entouré le Sommet de la Terre de RIO 92 :
l’une des plus grandes offensives anti-écologistes pour, une nouvelle fois, saboter toute possibilité d’éviter le pire.
 

dessin de Patrick Chappatte

 

C’était à la fin des années 80, au début des années 90, un nouvel essor de l’écologisme semblait se dessiner. Comme dans les années 1960 et début 1970. Cela ne pouvait pas durer. La volonté de nuire s’est vite ressaisie pour occulter encore la trop faible lumière des lucioles et poursuivre le génocide culturel déjà constaté par Pier Paolo Pasolini *.
* La violence du Pouvoir : le regard de Pier Paolo Pasolini
http://cei.revues.org/277#tocto1n2
 

Continuer la lecture