Lalonde voulait faire de la politique, donc l’écologie a dû faire de la politique.

La concurrence était trop forte dans le militantisme étudiant ou le PSU, par lesquels il est passé, pour qu’il puisse y réussir.

Par contre l’écologie et les écologistes étaient une proie facile puisque ceux qui la pensaient ou la vivaient la trouvaient antagoniste à la politique.

Continuer la lecture

Raymond est l’auteur de « Ecologistes : parti pris« , paru dans Ecologie n° 347, novembre 1982

L’écologisme a pu longtemps donner l’impression d’être un mouvement désordonné, une « mouvance » disait-on, c’est à dire un lieu… même pas… un ensemble de lieux traversés par des tas de désirs et de révoltes se traduisant par des fonctionnements et des actions différents. N’importe qui pouvait dire ce qu’il avait sur le coeur et prendre une initiative, même si cela n’était pas apprécié par d’autres ; cela n’engageait que les participants. D’expériences en expériences, le mouvement développait des adaptations nouvelles. L’écologisme était alors, il faut bien le dire, un peu anarchisant !

Continuer la lecture

Dans la nuit du 13 juillet 1981, à Marseille, alerté par des plaintes provenant de la maison de retraite du Parc Borely, un passant appelle la police. Celle-ci devait découvrir 31 personnes entassées dans des locaux prévus pour en abriter moins de 10. Elles étaient sans surveillance et certaines, dont l’état nécessitait des soins attentifs, étaient sans hygiène ni nourriture depuis plus d’un jour. Les chambres des « grabataires » étaient ouvertes mais les valides étaient enfermés « par mesure de sécurité » au dire de la directrice interpellée plus tard. Un handicapé mental d’une trentaine d’années était, lui aussi, enfermé dans sa chambre : un cagibi-mitard de 1,50 de côté. Les pensionnaires furent immédiatement transférés dans deux hôpitaux mais il était déjà trop tard pour une femme de quatre-vingts trois ans qui, souffrant de nombreux escarres, devrait mourir le lendemain.

 

Revue fondée en 1911 par André Lorulot, 10, 12, rue des Fossés Saint Jacques, Paris 5ème

 

Suivi de Espoirs et désillusions, un commentaire sur les « Assises des retraités et personnes âgées » (28 mars – 1er avril 1983)

http://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1984_num_52_1_3333

Continuer la lecture