En rapport avec l’avancée inexorable du Jour du Dépassement. Ci-dessous, en juillet : Sols, forêts, poissons… Depuis le 8 août, l’humanité vit à crédit (1),

Au Cap, un sommet international passé presque inaperçu…

L’Anthropocène est en passe d’être caractérisé comme une nouvelle époque géologique

Selon le groupe de travail sur l’Anthropocène réuni au Cap (Afrique du Sud) cette semaine à l’occasion du 35ème Congrès international de stratigraphie, l’époque de l’Anthropocène a bel et bien commencé. Il s’agit d’une époque géologique, dont le nom a été forgé par le géochimiste néerlandais Paul Crutzen et le géologue et biochimiste américain Eugene Stoermer. Pour la première fois en 2000, dans la newsletter de l’International Geosphere-Biosphere Program (IGBP), ces deux scientifiques évoquaient une situation inédite : le fait que l’Homme soit devenu une force géologique capable de modifier le cours des fleuves, les courants des océans, le climat et l’ensemble des éléments.

Le projet d’aéroport à Notre Dame des Landes
Une face du totalitarisme ambiant cramponné à une technologie dépassée

 

 

Les terres agricoles et les précieuses zones humides de Notre Dame des Landes sont promises à la dévastation pour faire place à une technologie encombrante, gaspilleuse d’énergie, dangereuse et très polluante, et qui devrait être dépassée : l’avion façon fer à repasser. 

 

 

Hamon-Martin Quintet – Notre-Dame des oiseaux de fer

http://www.youtube.com/watch?v=WOzx5btDCp4

  Continuer la lecture

Au coeur d’une alerte sanitaire de 30 ans

(dans un établissement public)

par Alain-Claude Galtié

 

 

Non respect du contrat d’embauche,

refus de l’information,

dénis de compétence,

désinformation et mensonges,

manoeuvres de déstabilisation,

intimidations,

relégation,

blocages de carrières,

pressions psychologiques,

calomnies,

menaces,

procès et plaidoiries diffamatoires…

Les joies du travail consciencieux, en somme !

 

 

 

sommaire

  • L’alerte, révélateur de tous les dysfonctionnements
  • La minimisation des compétences du « petit personnel » est une nouvelle nuisance
  • Sitôt l’épée du lanceur d’alerte au fourreau, les actes irresponsables reprennent de plus belle
  • La mauvaise foi érigée en méthode de « management« 
  • Vingt ans après
  • De l’origine des dysfonctionnements, des pollutions, des accidents… et du blocage de l’information

 

Quelques-unes des perles collectées au cours de cette alerte amiante :

Le secrétaire du Comité d’Entreprise s’attribue le mérite des analyses et des travaux. Il affirme : « il n’y a toujours aucun danger d’aucune sorte dans notre bâtiment relatif aux revêtements d’amiante« .

1 mois plus tard, les analyses prouvent une « contamination anormalement élevée (…) dans l’air du premier grenier technique et à moindre niveau dans le second« . Comme le disaient les techniciens.

 

Des consignes ont été données pour m’exclure du CHSCT. En 25 ans, je n’en serai plus jamais membre. Je dois donc détenir le record de la plus brève participation : 1 réunion.

 

L’adjointe de la direction pour le bâtiment et les équipements conclut l’échange par « Il faut bien mourir de quelque chose ». 6 ans plus tard, elle décédera d’un cancer.

 

Mis en présence des plaquettes d’amiante, pour toute réaction, le responsable du bâtiment et de la sécurité casse une plaquette d’amiante, la porte à ses narines, renifle et déclare : « C’est pas de l’amiante ».

 

Le chef de notre service technique plaide le déblocage de nos carrières (donc de la mienne) auprès de la directrice générale, une énarque de haut vol, qui explose : « Quoi ? Galtié, ce chien !« .

 

Nous proposons de participer à la conservation des œuvres d’art nombreuses dans l’établissement, mais délaissées voire exposées dans de très mauvaises conditions. (…) le directeur ne relève pas, reste quelque temps les yeux dans le vague, puis nous propose de superviser la « gestion » des poubelles (…)

 

etc.

Continuer la lecture