en cours de restauration

« Aucun homme n’est une île, un tout, complet en soi ; tout homme est un fragment du continent, une partie de l’ensemble (…) la mort de tout homme me diminue, parce que j’appartiens au genre humain« 

John Donne, 1572 – 1631

Phénomène suscité et entretenu par la production des étoiles et leur flux d’énergie, la vie n’a cessé d’engendrer de l’organisation par association des éléments de base, puis par combinaison et recombinaison de ses créations. Plutôt que la mutation aléatoire et la lutte éliminatoire chères à ceux qui ne peuvent être sans se croire supérieurs, la coopération, l’association et la symbiose sont les principales dynamiques créatrices de la diversité des êtres et des niveaux d’organisation. Les microbes et la biosphère – le microcosme et le macrocosme – sont nés en même temps et ont évolué de concert. La vie est un foisonnement de relations, d’actions et de rétroactions en boucles, en tourbillons, en spirales, en spirales de tourbillons… Toutes et tous se stimulent pour créer des formes toujours plus complexes dont les capacités, les qualités surpassent la somme de celles de leurs constituants (c’est la caractéristique des dynamiques holistiques). Elle est un mouvement synergique dont le sens est celui de l’augmentation de l’information (celle-ci est proche de l’esprit des Anciens), de l’intelligence et de la sensibilité. Du plus modeste au plus grand niveau d’organisation constitué de tous les autres, la vie maintient un équilibre dynamique interne, donc sa forme, par l’interaction de multiples régulations. La vie se crée et s’organise elle-même. Elle se complexifie et s’adapte aux changements. Elle est autopoïétique (8).

Continuer la lecture

en cours de restauration

« Coupé de la terre, le coeur de l’homme devient dur » – Bushman
Dernière chasse aux Bushmen autorisée : 1953

La perception très amoindrie des interrelations constitutives de la personne et de l’environnement, l’incompréhension de leurs dynamiques foisonnantes et créatrices (de leur nature holiste), la perte du sens des relations d’interdépendance avec les ensembles qui nous englobent et auxquels nous devons donc contribuer, occultent la majeure partie des réalités, amputent la conscience et l’exposent aux influences les plus étranges. Là commence la perversion de nos motivations et le reniement de la société et de « la nature« . C’est l’origine des dérives fondatrices des comportements aberrants et des réalisations faites au détriment des autres et de l’ensemble.

Continuer la lecture

en cours de restauration

Les valeurs soufflées par la vie en nous et autour de nous ne ressemblent en rien à la compétition, à la loi du plus fort, au capitalisme du pouvoir et de l’argent. Bien au contraire. La liberté… pas celle, à court terme et stérile, de faire à sa guise contre le monde entier ; celle, créatrice, qui s’enrichit des autres libertés, celle-ci s’étiole dans la solitude. Elle n’apprécie pas davantage les contraintes de la compétition conflictuelle encensée depuis plus de deux siècles. La liberté est relative au bien-être de chacun et de tous : mieux se porte mon environnement, mieux je me sens et plus je suis disponible, et réciproquement. La liberté créatrice a donc un sens qui s’accorde avec le sens de la convivialité.

Continuer la lecture