Que croyez-vous que vous raconte

l’eau qui descend et l’eau qui monte

l’eau qui ruisselle et l’eau qui roule

l’eau qui tranquillement coule

toute l’eau qui s’envole

et l’eau qui voyage

l’eau des tumultueux torrents

toute l’eau nonchalante des grands nuages

des glaciers au lent courant

Même la pierre la plus dure

le rocher le plus lourd

se dissout s’use et se fissure

et se disloque un jour

devient insensiblement sable

et roule vers la mer

imperceptible insaisissable

parcelle d’éphémère

Que croyez-vous que vous raconte

l’eau des grands lacs étincelants

l’eau des rivières larges et lentes

l’eau des fleuves pollués

des ports embués

l’eau des rochers ruisselante

qui se laisse ombrager

cadeau ouvragé

l’eau de la mer ondulante

que seule l’eau qui passe chante

quand elle en a envie

elle dit ce qu’elle est : vivante

elle dit où est la vie

Elle dit que la vie naissante

commence avec la mer

insaisissable et incessante

parcelle d’éphémère

 

Un regard sur l’autre « actualité« , celle du système qui est en train de détruire le vivant

journal d’un écologiste consterné

 

 

La mort de tout homme, moi aussi, me diminue parce que je suis lié à l’espèce humaine. Aussi n’envoie jamais demander pour qui sonne le glas ; il sonne pour toi.

John Donne, 1572 1631

 

 

pour communiquer :

restaurplanet@gmail.com

 

Les dernières nouvelles du front :

Syrie, etc.

 

 

juillet 2021

 

Devoir de vigilance des multinationales : une enquête montre l’opacité et la faible application de la loi

 

 

juin 2021

Du plastique retrouvé jusqu’à 2.200 mètres de profondeur dans la Méditerranée

Le bouleversement climatique à vue d’oeil

Nouvelle alerte rouge : cette fois, c’est le GIEC

 

avril mai 2021

Il y a 50 ans se préparait la première série de manifestations écologistes : la Semaine de la Terre

 

mars 2021

Emmanuel Faber vient d’être débarqué de la direction de Danone par le capitalisme tel qu’en lui-même
Syrie : 10 ans !
fév 2021
« La justice » et « les forces de l’ordre » contre le lanceur d’alerte des « Luxleaks »

Jean-Claude Carrière

L’Actu Citoyenne, un site très suivi, pond un « incroyable » commentaire qui désinforme

 

janv 2021

L’impéritie à ce point ?!

 

déc 2020

Le lobby automobile entrave la transition. Comme d’habitude.
C’est la journée pour le climat !
Ben, qu’est-ce qu’on va faire ?

La mort de Robert Castel rappelle Geneviève Baïlac et la contribution de celle-ci à une page édifiante de l’histoire de l’écologisme

 

nov 2020

L’écocide réduit à un délit

Pauvre Maurice Genevois au Panthéon !

la rigidité technocratique

Corona, Covid et impéritie… Impéritie ?

 

oct 2020

Paulo Paulino Guajajara, gardien de l’Amazonie, a été assassiné
Pour la santé, les politiques contradictoires se succèdent
Mais peut-être pas si contradictoires…

Liberté d’expression ?

Vraiment ?

Avant la sortie de Last Words, film adapté du roman de Santiago Amigorena, Charlotte Rampling et Jonathan Nossiter : « On peut, en toutes circonstances, garder la joie« 

Irène Frain « Un crime sans importance »

Comment la « démocratie représentative » est falsifiée de bout en bout pour sacrifier le bien commun

 

sept 2020

Qui a tué IVAN ILLICH ?

le film Honeyland de Tamara Kotevska et Ljubomir Stefanov

 

août 2020

Ben oui, les ondes radio, celles des portables, de la wifi, etc. contribuent à l’effondrement du vivant

 

juillet 2020

Gisèle Halimi

Le spécialiste du djihadisme Hicham Al-Hachémi assassiné à Bagdad

ciao Ennio

 

juin 2020

Joan Pau Verdier s’en va déjà

 

mai 2020

Biosicurezza e politica, par Giorgio Agamben

La mort de Little Richard

 

avril 2020

Le monde d’après

Planète des humains de Jeff Gibbs, une démystification du développement capitaliste « durable »

Un virus et, sous le vernis vite craquelé, la grimace totalitaire

Les connards qui nous gouvernent

La disparition de Patrick Herman

Le Coronavirus a déjà causé la mort de 50 000 personnes, mais…

combien de vies épargnées par le coup de frein à « l’économie » productrice de pollutions et de destructions ?

 

mars 2020

L’OMS sous influence chinoise ?

Manu Dibango

How the Virus Got Out

La Chine réécrit déjà l’histoire du coronavirus de Wuhan

A l’origine du corona-virus comme de beaucoup d’autres, la croissance du système de la marchandise et l’écocide

C’était en mars 2019, la visite du dictateur chinois avec son bagage ultra-capitaliste : L’Italie sera bientôt la porte d’entrée des routes de la soie en Europe

Jeunisme, angélisme et irréalisme politique

 

février 2020

La dictature syrienne et le régime de Poutine accroissent chaque jour l’abîme ouvert par la trahison d’Obama

Michel Charasse s’éteint

Graeme Allwright, encore un de la nouvelle gauche qui s’en va !

Juste un peu d’info sur l’un des immondes trafics à destination de la Chine…

Virus chinois : la faute à la victime

Syrie : Pourquoi le monde a-t-il abandonné ?

Bernard Charbonneau, ce pionnier méconnu de l’écologie française, mais victime, lui aussi, de l’entrisme capitaliste

Bali île paradisiaque? 70 000 chiens sont massacrés

À propos du nouveau virus chinois

Amiante et autres, bien sûr, la répression des lanceurs d’alerte continue

Un « éditorialiste politique » dévoile son ignorance politique

MATZNEFF et la grande compagnie des prédateurs

L’affaire Matzneff et ce qu’elle révèle

Il y a 34 ans, René Barjavel nous quittait

Adults in the room, un film de Costa Gavras

Folie furieuse : les Calaos menacés par la destruction des forêts et par un trafic

Les media se réveillent et se penchent sur la Transition écologique

Marie Laforêt

Organisation de la désertification et ruine des commerces, ça continue

Pier Paolo Pasolini a été assassiné un 2 novembre

Répression des alertes. Au-delà de l’apparence

La Turquie d’un Erdogan en perte de vitesse fait le jeu des terrorismes, de Poutine et du totalitarisme syrien

Pendant l’effondrement, en tous domaines, la conquête continue : la biodiversité en péril dans la forêt française

Ad Astra, un film de James Gray

Edgar Morin toujours mis en vedette, mais qu’avait dit Bernard Charbonneau ?

Cause Animale, Cause du Capital
par Jocelyne Porcher

L’affaire Pasolini, film de David Grieco

Du dogme de « la croissance marchande » aux incendies dans les forêts primaires

La France abandonne ses villes moyennes

La grande distribution de ruine sociale et écologique continue

Tout à coup, au milieu des horreurs…

Dominique Bourg serait devenu écologiste ?

UE/Mercosur : Le triomphe de « la croissance marchande »

« Il faut stopper au plus vite l’usage des pesticides« 

De mal en pis : les français se replient sur le néant

Notre-Dame : quel curieux incendie !

 

avril 2019

« Nature et capitalisme » : Une nouvelle qui rappelle de vieux souvenirs

Biodiversité, vivant, survie… tout juste le début d’une prise de conscience

…et, en effet, l’émission Le Téléphone Sonne du soir (France Inter) confirme la faiblesse du niveau

Au fait… c’est l’anniversaire de la Semaine de la Terre (il y a 48 ans !) 

La biodiversité ? Ouh là là ! Faut sauver la vie !

Cabanes et ronds-points, un patrimoine populaire en feu

«Le Grand Manipulateur» : Macron ou les vieux réseaux

Notre-Dame : quand l’amour du bien commun inspire le dénigrement

« BLOQUONS LES POLLUEURS« 

Le commentateur politique de France-Inter s’essaye à l’écologisme, et se plante. mais se plante-t-il vraiment ?

Grand retournement de vestes : encore un simulacre ?

Le Défenseur des Droits, institution arbitre de la République, alerte contre la dérive répressive

L’ONU demande l’ouverture d’une enquête sur les violences policières

Gilets Jaunes – Répression du mouvement social en France, l’escalade sans frein

L’eau ne coule plus dans le « jardin d’Eden »

Mark Hollis nous abandonne encore !

Amiante : les salariés belfortains d’Alstom déboutés devant la cour de cassation

Après Alain Minc, France Inter donne la parole à Dominique Bourg

Ils ont invité Alain Minc à se prononcer sur la crise

Nouveau recul sur le glyphosate

France : plus du quart des espèces évaluées sont déjà éteintes ou menacées

Des commentaires déconnectés du réel, en veux-tu ? En voilà !

Gilet Jaunes et « démocratie représentative »

Ce que fait apparaître le mouvement des Gilets Jaunes

 

novembre 2018

Les gilets jaunes ont bon dos !

Comment le capitalisme a effacé la nouvelle gauche et condamné l’avenir

Les Français sont les moins optimistes en Europe

« Bébés sans bras », une nouvelle alerte révélatrice du mépris des hiérarchies françaises

Ségolène Royal livre un témoignage précieux sur le machisme obtus dans « la gauche » faux-cul au service de la globalisation capitaliste

Mon pays fabrique des armes, un film d’Anne Poiret

Arabie Saoudite : la disparition de Jamal Kashoggi, nouvelle étape d’une longue dérive mortifère

Un jour les crimes de guerre en Syrie seront jugés

Plaidoyer pour une nature sauvage et libre par Gilbert Cochet et Stéphane Durand

La pollution cause 7 millions de morts par an dans le monde

Le GIEC alerte dans le vide

Encore une histoire oubliée par l’histoire officielle : le viol colonial

Planification de la déliquescence

Sur la crise globale, le diagnostic de… Pierre Rosanvallon !

La démission de Nicolas Hulot

Le tribunal californien reconnaît pleinement la responsabilité du Roundup de Monsanto dans la maladie de Dewayne Johnson

 

juin 2018

Continuer la lecture

décembre 2020

 Une capsule temporelle déposée dans les glaces de l’Arctique il y a deux ans a refait surface !

Le cylindre en acier s’est révélé être capsule temporelle, visant a communiquer des informations aux futures générations. Des russes l’ont fabriquée et elle a été déposée par un brise-glace nucléaires dans le pôle Nord. Dans la capsule, des objets, et une lettre : 

Devant nous, s’étend à perte de vue une étendue glacée. Lorsque la capsule sera retrouvée, cela voudra probablement dire qu’il n’y a plus de glace dans cette partie de l’Arctique“

Les mots des explorateurs sont devenus réalité bien plus rapidement que ce qui était prévu. la capsule temporelle devait ressortir d’ici trente à cinquante ans

https://www.franceinter.fr/emissions/les-savanturiers/les-savanturiers-06-decembre-2020

« >

 

 

Tiens ! Ils se réveillent…

Les tests de masse, nouvelle stratégie pour éviter une troisième vague de Covid-19 ?

Des voix scientifiques s’élèvent pour réclamer des dépistages massifs de la population. Le gouvernement pourrait lancer une expérience pilote à Lille avant Noël alors que la région Auvergne-Rhône-Alpes se prépare à tester ses habitants entre le 16 et le 23 décembre.  

https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/11/30/covid-19-les-tests-de-masse-nouvelle-strategie-pour-eviter-une-troisieme-vague_6061606_3244.html

Il est des régions où ces opérations sont pratiquées depuis des mois et des mois. En Corée du Sud, depuis le début de l’année !

 

The big lesson from South Korea’s coronavirus response
Systematic testing and tracing was key to slowing down Covid-19 in the country.
 
En Corée du Sud, la campagne massive de dépistage porte ses fruits
Le pays d’Asie a joué à fond la carte de l’identification des malades par la traçabilité et les dépistages. Une gestion de la crise qui semble efficace.

https://www.la-croix.com/Monde/Asie-et-Oceanie/En-Coree-Sud-campagne-massive-depistage-porte-fruits-2020-03-17-1201084620

 

 

novembre 2020 

La monarchie française et la démocratie allemande

 
En forçant un peu le trait, on pourrait dire : d’un côté la monarchie, de l’autre la démocratie.
 
  
 
 
Entendons-nous bien, mon propos n’est pas de comparer les résultats sanitaires des deux pays dans leur lutte contre l’épidémie. S’il y a eu 3 fois plus de morts en France, les explications ne sont pas uniquement politiques.Non mon propos c’est de constater à quel point l’épidémie est un révélateur des différences entre les deux sociétés.
 
 
Premier constat : en Allemagne, le compromis et la consultation sont prioritaires. C’est une conséquence directe du fédéralisme. Et c’est pour ça que demain, Angela Merkel va réunir les chefs de tous les Länder, de toutes les régions. Comme elle le fait en gros toutes les deux à trois semaines. Objectif : trouver un compromis sur l’évolution des restrictions pour le mois de décembre. Le système est horizontal. Les pouvoirs et les responsabilités sont partagés entre l’Etat central et les régions. De temps à autre ça crée un peu de cacophonie, on en a constaté par exemple ces derniers mois entre la Bavière et la Rhénanie du Nord. Mais ça a le mérite d’imposer la recherche d’un terrain d’entente. Le consensus est une vertu cardinale.
 
 
En France, à l’inverse, le compromis est soupçonné d’être entaché de collaboration ou de compromission. On préfère les querelles. Donc pas de compromis. Conséquence : c’est vertical, les décisions tombent d’en haut. Ça saute aux yeux sur la gestion du virus. En France, il y a donc un risque de penchant autoritaire.
 
 

 

Les libertés au centre en Allemagne

 
En Allemagne, la question des libertés est centrale. Le mot revient à 25 reprises dans la Loi Fondamentale, l’équivalent de notre Constitution. Et depuis le début du confinement en mars, le débat est permanent et transparent chez nos voisins, sur l’équilibre à trouver entre restrictions sanitaires et préservation des libertés. Les juges en sont les garants. Le pouvoir judiciaire allemand a été saisi à plus de 250 reprises sur les limitations liées au confinement. Et parfois les juges ont mis fin aux restrictions, par exemple en autorisant des réouvertures de bars à Berlin. On y réfléchit à 3 fois avant de limiter les droits. 
 
(…)
 
 

 

Allemagne horizontale et France verticale 

Et tout ça renvoie au rôle du chef. En Allemagne, la chancelière doit rendre des comptes devant le Parlement, en toute transparence. Et elle ne concentre pas tous les pouvoirs. En France, tout est pyramidal. C’est une monarchie républicaine. Le chef de l’État doit décider de tout, tout le temps. C’est la tradition bonapartiste, revue et corrigée façon de Gaulle avec l’instauration de l’élection du président au suffrage universel direct en 1962. Le principe du plébiscite. Ça comporte d’ailleurs une part de risque : le chef de l’État est seul, en première ligne. On le voit avec la gestion de la pandémie.

 
(…) 
 
Il y a quelques jours, le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung signait un édito au vitriol sur la France. On y lit cette phrase : en France, « Die Spitze ist immer recht, selbst wenn Sie irrt ». En France, le sommet a toujours raison, même quand il se trompe.

 Et de conclure : « Es braucht ein demokratisches Update ». Il est temps de faire une mise à jour démocratique.

 

Jean-Marc Four

 

 

Incredibile ! 

Seulement 6 mois après la démonstration de leur efficacité, au pays des « élites« , en France, des tests systématiques sont envisagés dans des EHPAD et des lycées

 

The big lesson from South Korea’s coronavirus response

Systematic testing and tracing was key to slowing down Covid-19 in the country.

https://www.vox.com/videos/2020/8/6/21356265/south-korea-coronavirus-response-testing

 En Corée du Sud, la campagne massive de dépistage porte ses fruits

Le pays d’Asie a joué à fond la carte de l’identification des malades par la traçabilité et les dépistages. Une gestion de la crise qui semble efficace.

https://www.la-croix.com/Monde/Asie-et-Oceanie/En-Coree-Sud-campagne-massive-depistage-porte-fruits-2020-03-17-1201084620

 

Autoritarisme et infantilisation pour masquer la désorganisation planifiée

Les capacités d’accueil à l’hôpital, les personnels, les moyens ? En réduction depuis, depuis… Un rattrapage impossible dans le temps bref d’une crise sanitaire. Mais y a-t-il seulement volonté de revenir sur les sacro-saintes politiques d’économies budgétaires qui visent surtout à réduire les services publics ?

Les masques ? Un ratage jusque dans les services d’urgence.

Les respirateurs non-invasifs ? Très insuffisants l’hiver dernier, ils le seraient encore.

Les tests ? Presque inexistants des mois durant, puis insuffisants. Et il n’y a toujours pas de dépistage systématique pour améliorer la prévention.

La prévention à l’université ? Si nulle qu’il a fallu fermer.

La prévention dans les lycées, dans les collèges ? De la rentrée à début novembre, à peu près aucune adaptation à la situation. Ah si, les étudiants qui ont protesté et demandé l’adoption des mesures élémentaires ont été gazés !

Politiques et haute-fonction publique sont mauvais à ce point ?

https://www.contrepoints.org/2020/10/29/383155-le-poids-effarant-de-la-technostructure-en-france

  

incohérence de la politique de prévention (suite). Prévention ?

Les précautionneux frappés les premiers

27 000 000 de passages, 200 cas de Covid : fermeture imposée !

Face à la recrudescence de cas de Covid-19 en France, le gouvernement a pris une nouvelle décision : les salles de sport ont dû de nouveau tirer le rideau pour au moins quatre semaines dans l’ensemble du territoire. De nombreuses enseignes de métropoles placées en zones d’alerte maximale étaient déjà fermées depuis le lundi 5 octobre afin de lutter contre l’épidémie de coronavirus. Cette nouvelle mesure a provoqué de vives réactions chez les professionnels du fitness, qui estiment que cette mesure assène le coup de grâce à un secteur déjà fortement fragilisé.

https://www.sportstrategies.com/des-pertes-economiques-records-pour-les-salles-de-sport

 

Tests au doigt mouillé, statistiques faussées et prévention sous-développée

Un système de dépistage inefficace
 
(…) Il a consisté à rendre le dépistage accessible à qui voulait, sans ordonnance et sans frais. La première partie du système est inefficace à cause des porteurs de virus asymptomatiques. Ces principes ignorent le fait qu’au moins la moitié des contaminations proviennent de porteurs sans symptômes, soit parce qu’ils ne seront jamais symptomatiques, soit parce qu’ils ne sont pas encore symptomatiques. L’ensemble est inefficace à cause des délais dans la réalisation et dans le rendu des résultats des tests.
 
 En conséquence, les cas identifiés par les tests ne correspondent qu’à une petite fraction de l’ensemble des cas (10 % des cas entre le 13 mai et le 28 juin, d’après une étude de l’équipe de Vittoria Colizza). Du 9 mai au 12 octobre, les foyers repérés ne contiennent que 8 % des cas. Dans la semaine du 5 au 11 octobre, un cas sur 4 est un contact d’un cas connu.
 
 
(…) la population testée est un mélange de cas symptomatiques, de cas contacts, de personnes ayant une raison professionnelle pour se faire tester et de personnes souhaitant un test et capables de faire des heures de queue debout dans la rue. Ce n’est donc en aucun cas un échantillon représentatif de la population. On a fait des millions de tests inutiles car leurs résultats sont arrivés beaucoup trop tard (…)

octobre 2020

Pour la santé, les politiques contradictoires se succèdent

Mais peut-être pas si contradictoires…

 

C’est reconfinement ! Et, sensiblement, avec autant de doigté qu’en mars.

 

Les salles de sport ont été les premières frappées, elles qui ont consciencieusement appliqué les mesures de protection et où les fidèles se faisaient rares depuis le printemps. Aucun risque de contamination, excepté avec les cours collectifs dynamiques, style aérobic et zumba. Mais il était facile de les suspendre ou de les remplacer par des exercices différents, sans fermer les espaces de travail avec machines et poids !

 

Les restaurants encore frappés, et les cafés, toujours sans aucune distinction (petite salle, grande salle, terrasse en plein air…). Manger à l’écart des autres dans un espace aéré, boire un café, s’agglutiner en s’échauffant avec bières et cocktails, pas de différence. L’oukase tombé des Palais du pouvoir frappe sans discernement. Les précautionneux sont pénalisés pour les irresponsables.

 

Pareil pour les fleuristes, les libraires, les coiffeurs, les magasins de vêtements, les spectacles… même les magasins de jouets à la veille de la Saint Nicolas et de Noël ! Perdus les équipements de protection installés à grands frais.

 

Pourtant, ceux-là mêmes qui décident ou soutiennent cela ont tout de même lâché que les contaminations se produisent dans les établissements d’enseignement, dans les entreprises et entre jeunes. Sûrement aussi dans les foyers et les centres d’entraide d’autant plus surchargés que le premier confinement a fait beaucoup de mal. Dans les prisons aussi. Mais y a-t-il eu augmentation des moyens mis à leur disposition en proportion du besoin ?

 

Dans le même temps, sur une autre question de santé, santé des hommes et, plus encore, santé des animaux, santé du vivant dans son ensemble, le même pouvoir déconfine les néonicotinoïdes responsables de l’effondrement de plusieurs classes biologiques.

 

La santé de la biosphère – dont (pour les inattentifs) nous sommes et dépendons entièrement – serait-elle moins importante que celle des personnes ?

 

Ces politiques apparemment contradictoires se rejoignent, cependant, sur un objectif : favoriser les lobbies les plus puissants.

 

En l’occurrence, la « grande distribution«  qui profite pleinement du confinement des commerces spécialisés et de proximité. Et les lobbies de la chimie et de l’agro-alimentaire industriel déterminés à tout tuer sous eux pour continuer à profiter en éliminant les solutions alternatives au productivisme forcené. Dans tous les cas, il s’agit de renforcer les monopoles et la concentration financière, donc au détriment du bien commun.

Le masque chirurgical, une nouvelle plaie
Beaucoup de masques s’envolent encore dans la nature, alors qu’un masque chirurgical met 450 ans à se décomposer dans l’environnement…
Pourquoi ne pas directement se faire rissoler un bon masque à la poêle, avec un trait de gel hydroalcoolique ça passe tout seul ! Je vois même pas pourquoi on se fait chier à imprimer des steaks végétaux en 3D alors qu’on peut juste continuer à bouffer du plastique…
 

Sophie Divry publie un récit bref et violent, « Cinq mains coupées »

A partir d’entretiens réalisés entre septembre 2019 et février 2020 avec les cinq manifestants qui ont perdu leur main droite après avoir été atteints par des grenades lors du mouvement des gilets jaunes, l’auteure a composé, en s’en tenant à leur seuls propos, un chœur qui raconte leur histoire

 
Nos gouvernants… comment osent-ils nous parler de « République » alors qu’ils ferment des gares et des maternités, alors qu’ils attaquent notre système de retraite et qu’ils ont laissé se clochardiser l’hôpital ?
 
(…)
 
Il fut un temps où aucun Français, aucun citoyen n’aurait accepté ce genre de situation.
 
Mais aujourd’hui l’atmosphère a changé.
 
Les gens s’habituent à tout.
 

L’écrivaine Sophie Divry publie un récit bref et violent, « Cinq mains coupées », lisez-le et osez pensez

Quelquefois, les habitants se réveillent… 
Face à la forte contestation des riverains, la municipalité d’Argenteuil vient de retirer le permis de construire accordé à Lidl, qui souhaite implanter un magasin sur la butte d’Orgemont.

 

Tiens !

Glyphosate : mais si, on peut se passer de cet herbicide

https://www.leparisien.fr/societe/glyphosate-mais-si-on-peut-se-passer-de-cet-herbicide-09-10-2020-8399466.php

 

Dans le Pas-de-Calais, deux champs, deux rendements

des betteraves sucrières bio (sans pucerons et jaunisse) avec diversité et rotations, l’expérience de Dominique Blas à Bois-Bernard (Pas de Calais).  

Un flot ininterrompu de larges feuilles vertes caresse l’horizon. Sur les quelque vingt hectares de betteraves sucrières que cultive Dominique Blas, autour de Bois-Bernard dans le Pas-de-Calais, aucune trace de jaunisse, cette maladie transmise à la plante par les pucerons verts.

https://www.liberation.fr/terre/2020/09/21/dans-le-pas-de-calais-deux-champs-deux-rendements_1800160

 

Tout semble à redécouvrir

Les COOP et le Mouvement Coopératif rejettent le bio

http://planetaryecology.com/1971-le-mouvement-cooperatif-refuse-le-bio/ 

Spectaculaire retour de l’épidémie de crétinisme

(bis)

Un peu de discernement au tribunal
La préfète d’Ille-et-Vilaine avait prononcé le 25 septembre dernier un arrêté à propos de la fermeture obligatoire des salles de sport et gymnases. Ce jeudi 1er octobre,
la justice française a suspendu la fermeture de ces établissements et a donné raison aux gérants de salles de sport.
(…) le tribunal a considéré « qu’en l’état des données et information soumises au tribunal, les salles de sport privées de sport ne pouvaient pas être regardées comme des lieux de propagation active du virus Covid-19 », avant de poursuivre sur le fait que la mesure n’était en aucun cas « nécessaire et adaptée aux buts poursuivis », à savoir la lutte contre le coronavirus.

 

septembre 2020

Spectaculaire retour de l’épidémie de crétinisme

(…) dans les zones dites d’alerte rouge, les salles de sport et les gymnases seront fermés. Ces mesures seront valables pour une durée minimale de quinze jours. 

https://www.lequipe.fr/Tous-sports/Actualites/Fermeture-des-salles-de-sport-et-des-gymnases-dans-les-zones-d-alerte-renforcee/1175168

Alors que l’on commence tout juste à se relever du confinement, à se débarrasser des conséquences, à retrouver la santé, à reprendre forme,

que les salles et leurs habitués observent scrupuleusement les règles de protection (exceptés les cours collectifs àvec forte dépense de sueur, les salles sont parmi les espaces les plus sûrs).

que, dans les salles des exercices individuels, l’on est maintenant si peu nombreux que le risque est au plus bas (à l’inverse des super-temples de la grande consommation qui ne connaissent aucune restriction)…

Ce nouvel oukase ne peut être pondu que depuis la planète Mars, par des technos qui n’ont jamais mis un pied en salle. Leur neurone est incapable de distinguer les différentes situations, de relativiser, de concevoir une adaptation au terrain. 

Encore un nouvel accès de délire et ils vont, à nouveau, interdire les marchés couverts en les comparant aux foires collées-serrées.

  

juillet 2020

La gestion de la crise sanitaire vue par les Pompiers

« Les préfets ont très longtemps été aveugles, aucune descente d’informations n’était faite par les délégués territoriaux des ARS », a déclaré M. Deregnaucourt. « La gestion de crise, c’est un métier, on ne la laisse pas aux directeurs administratifs et financiers », a-t-il estimé, assurant que, dans de nombreux départements, « on a vraiment fait attention à ne pas utiliser les pompiers. »
 
Dans un rapport interne, la Fédération nationale des sapeurs-pompiers recense les ratages : une administration de la santé dépassée, des préfets « relégués au second plan » et des pompiers pas assez mis à contribution.
 
 
Dans un rapport interne, la Fédération nationale des sapeurs-pompiers recense les ratages : une administration de la santé dépassée, des préfets « relégués au second plan » et des pompiers pas assez mis à contribution.

 

mai 2020

Chevron against life and vs. human rights — big consequences for the man who fought big oil 

He is a human rights lawyer who helped indigenous peoples in Ecuador fight back — and win — against one big oil company’s deliberate and disastrous harm to them and the rainforest ecosystems that sustain them. Now he’s paying the price.




avril 2020


Civilisation française  
Le mépris du vivant est à l’origine de la crise sanitaire mondiale, mais rien ne bouge dans les têtes des dégénérés (nombreux)

La scène se déroule au milieu des bois. Les hommes frappent le sol à coups de pelle : « C’est pour faire bouger le blaireau, s’il dort. Comme ça on le réveille ». Ils fouillent la terre, la retournent, coupent les racines d’un grand chêne à la hache. Les bêtes qui somnolaient là n’ont aucune chance, les ouvertures de leur terrier sont bouchées une à une avec des branchages et les chiens sont à leurs trousses dans les galeries souterraines. Hurlements d’excitation, fanfaronnades : « Ah l’blaireau, ma couille ! C’est un blaireautin (petit du blaireau, ndlr), c’est bon ! », dit l’un des gars armé d’une longue pince métallique. « Une merde », répond l’autre. « Tue-le, tue-le ! » Détonation. La tête du mustélidé reçoit un tir de carabine à canon scié. Raté. L’animal convulse un long moment. (…)

La vénerie sous terre regroupe près de 40 000 pratiquants réunis au sein de 1 500 équipages et utilise environ 70 000 chiens (Fox terrier, Teckel, Jagd Terrier, Jack Russell…). Sur une population dont l’effectif total n’est pas connu, environ 22 000 blaireaux sont tués chaque année : 12 000 en vénerie sous terre, 10 000 en chasse à tir. Sans compter ceux écrasés par milliers la nuit sur les routes. (…)

À nos risques et périls, nous sommes parvenus à infiltrer le milieu extrêmement fermé du déterrage. Depuis des années, nous tentions d’y pénétrer pour en dénoncer les horreurs. Il a fallu beaucoup de courage et d’aplomb à nos enquêteurs pour intégrer les « équipages » sans être démasqués, côtoyer des sadiques en se faisant passer pour leurs, assister aux massacres sans broncher et les documenter pour faire avancer la cause des blaireaux. Si les membres de notre équipe ont parfaitement réussi leur mission et en sont revenus physiquement indemnes, ils ont néanmoins été très affectés moralement par les scènes insoutenables dont ils ont été témoins. Il suffit de regarder leurs images, inédites en France, pour mesurer le niveau de violence et d’imbécillité crasse atteint lors de ces « parties de chasse ».

Ils ont élu domicile sous un grand chêne, dont les racines majestueuses forment la structure de leur terrier. Entre elles, le terrier ne peut s’effondrer. À la fois colonnes entre lesquelles les couloirs peuvent s’étendre, et protection naturelle. Mais voilà que les ouvertures de leur terrier se ferment une à une, bouchées par des pelles ou des branchages.

Soudain, un tonnerre retentit au-dessus de leurs têtes. Des coups de pelle frappés à plat sur le sol ou sur les arbres surplombant leur terrier éclatent comme autant de détonations. C’est l’affolement. Un blaireautin sort péniblement de son sommeil et voit ses parents paniqués.

Le couple ne sait quelle direction prendre pour mettre à l’abri son petit : les issues sont fermées, et des intrus sont entrés dans le terrier. Ils doivent faire face aux aboiements et aux crocs qui se rapprochent, aux cris des humains en surface enivrés par l’alcool et l’odeur du sang. Les blaireaux hurlent, implorants, bouleversants, mais seuls les rires leur répondent.

Les parents blaireaux cherchent alors à empêcher les chiens d’accéder à la pièce souterraine où ils se sont réfugiés, à l’à-pic du tronc du chêne. Pour ce faire, il faut au plus vite fermer tous les conduits, pour créer une poche hermétique au reste du terrier, dernier recours face aux intrusions. Et c’est cernés de toutes parts que les animaux terrorisés vont assister impuissants, durant près de cinq heures, à la démolition implacable de leur unique refuge.
Les déterreurs, armés de sondes qu’ils enfoncent dans le sol jusqu’aux galeries, puis oreilles plaquées au sol, écoutent d’où viennent les cris des animaux, estiment la profondeur du terrier et le lieu le plus stratégique où creuser. Mais là, il semble que le chêne se dresse entre eux et leurs futures victimes. Qu’à cela ne tienne : armés d’une hache, ils se relayeront pour couper l’une des trois racines principales de l’arbre, mesurant plus de vingt centimètres de diamètre.
Manquant d’air, le père tentera de permettre à son petit de respirer en ouvrant un peu la poche protectrice. Il n’en faudra pas plus pour que les chiens parviennent, après des heures de recherche, à les situer. Le blaireau qui tentait de sauver son bébé se fait mordre et lance un gémissement déchirant. Soudain, des pinces métalliques surgissent. Son petit se fait saisir par l’abdomen entre les barres de fer et arracher du trou. Le malheureux sera ainsi « présenté » dans son extrême détresse aux chasseurs et à leurs fans en liesse… Le coup de feu retentit. Le blaireautin s’immobilise, puis convulse pendant de longues secondes. Un veneur entame une petite danse, et chante « Pointu comme un couteau, aiguisé comme une lame ». Quelques instants et un nouveau coup de feu plus tard, le mâle adulte sera à son tour abattu, directement dans le trou, après un combat qui fera perdre un bout d’oreille à l’un des chiens exténués. Sa dépouille rejoindra celle de son fils, abandonnée au sol. Quant à la mère et aux autres blaireautins, protégés par les racines restantes, les chasseurs « fatigués » les laisseront dans leur terrier ravagé, sans manquer de reboucher la tranchée, pour qu’ils y meurent asphyxiés…

Les cadavres seront ensuite traînés à travers bois jusqu’à la remorque servant au transport des chiens, où ils seront jetés sans ménagement.

Plus de dégâts en un jour que les blaireaux en un an !

Les chasseurs laisseront derrière eux une mère blaireau endeuillée et traumatisée avec potentiellement d’autres petits, un chêne amputé, des dizaines de mégots de cigarette ensevelis. Sans compter les dégâts occasionnés aux cultures dans le champ adjacent au bois, bien supérieurs à ceux qu’une famille de blaireaux peut faire en un an, à force d’allers et retours pour aller chercher qui un outil, qui des boissons supplémentaires…

Désorganisation libérale, impréparation et pédalages dans la choucroute
 
Marchés faciles à sécuriser et marchés couverts fermés, exercices physiques interdits pendant la plus grande partie de la journée, etc.

 

Pendant ce temps, dans les aéroports… Des amis ont été rapatriés d’Amérique du Sud et d’Egypte sous l’autorité du Ministère des Affaires étrangères. Pas l’ombre d’une mesure de précaution. Concentration des passagers, au point de rassembler les voyageurs de tout le sous-continent dans un seul aéroport. Pas de matériel de protection. Tout le monde mis en tas jusqu’à remplissage complet des appareils. A l’arrivée à Paris ? Rien. Les passagers de plusieurs vols réunis pour la récupération des bagages. Aucun contrôle d’aucune sorte. Sortie libre. C’était il y a une semaine. Donc après les faits rapportés dans la presse (ci-dessous). Rien n’avait changé.

D’ailleurs, Renaud Piarroux, chef du service de parasitologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, l’a confirmé sur France Inter en témoignant des conditions de son voyage à Kinshasa au tout début du mois de mars : prise de température à l’aéroport. Retour à Paris 1 semaine plus tard, alors que la situation s’était dégradée : pas de contrôle sanitaire.
son intervention à la 24ème min.
 

Dernière précision : le Ministère des Affaires Etrangères a annoncé au début du mois d’avril avoir rapatrié 150 000 personnes en 15 jours.

Pendant ce temps, à 3 kilomètres de là, on se fait contrôler en se dégourdissant les jambes ou en allant chez le boulanger !

La foule à Roissy
https://www.liberation.fr/…/covid-19-les-photos-de-l…

« >


 

mars 2020

Fermeture des marchés : « Inégalité avec la grande distribution »

Avez-vous eu une justification scientifique et médicale de la part du gouvernement pour justifier l’arrêt des marchés ?

Non, aucune. Aucune étude scientifique n’a été menée pour prouver que les halles et marchés de plein air qui respectent les mesures sanitaires strictes sont plus contaminants que la grande distribution. C’est ce que nous demandons, une étude qui compare les conditions sanitaires. Nous avons des arguments évidents comme le fait qu’au marché on arrive avec notre sac et il y a moins de confinement, d’emballages et de manipulation de plusieurs personnes des produits. Actuellement, il n’y a pas d’autres justifications que l’émotion suscitée par des images de journalistes, rien de scientifique et de sérieux.
   
https://larlesienne.info/2020/03/24/fermeture-des-marches-une-inegalite-de-traitement-avec-la-grande-distribution/?fbclid=IwAR01gvu6nM93Ypxn9lUtVulkymUnCfSb4BgLHIb252LGK2Qy7LEnAzNprOQ

 

 

TRIBUNE POUR LE MAINTIEN DE NOS MARCHÉS EN FRANCE

http://www.marchesdefrance.fr/actualites/tribune-pour-le-maintien-de-nos-marches-en-france/

 

How the Virus Got Out

The most extensive travel restrictions to stop an outbreak in human history haven’t been enough. We analyzed the movements of hundreds of millions of people to show why.

https://www.nytimes.com/interactive/2020/03/22/world/coronavirus-spread.html

 

Tout à coup, c’est « LA GUERRE » !

Après quelques dizaines d’années d’étouffement des alertes, d’imposture démocratique et d’encouragement à faire n’importe quoi n’importe où (Trente Glorieuses, croissance marchande, prospérités construites sur des massacres et des ruines), 

Après l’empoisonnement des corps et de la biosphère, et la destruction massive de celle-ci,


Après le bouleversement climatique, etc. tout cela sans rien changer au délire généralisé, 


Tout à coup, c’est « LA GUERRE » !

Bien entendu, ceux qui ont toujours pris des précautions sont victimes des irresponsables devenus, subitement, donneurs de leçons. Comme toujours et à tous les niveaux (y compris écologiques). 

Juste un exemple de détail, mais révélateur du reste :
Après la « découverte » de sanitaires scolaires tellement infects que les enfants se retiennent pour ne pas s’y polluer ! 


Il y a une dizaine de jours, nous apprenions que beaucoup d’écoles françaises – alors, toujours ouvertes – n’avaient pas encore inventé le savon… ni les personnels, ni les parents d’élèves, donc. Elles étaient en cours d’approvisionnement. 


Il n’y a pas 2 jours, ce sont des lieux d’accueil pour enfants des personnels soignants qui étaient dépourvus de l’essentiel, y compris du savon.

Très bizarre acharnement contre les marchés, tout en oubliant l’essentiel

Tandis qu’ils n’évoquent même pas les magasins de « la grande distribution » (ou tout est manipulé plusieurs fois), un syndicat d’internes et un autre d’étudiants en médecine, appelleraient à fermer les marchés de plein air et à mobiliser des armées de porteurs pour livrer à domicile (?!). Autre curiosité : l’absolue nécessité de venir en aide aux démunis, sans-domicile, habitants des bidonvilles, réfugiés stagnant dans des camps privés d’eau et de sanitaires, ne semble pas évoquée non plus. Pourtant, bien plus que les commerces alimentaires, au-delà de l’aspect « humanitaire », il s’agit d’autant de foyers potentiels de contamination dont tout le monde pourrait bénéficier. 

 

Pandémie de 1969 : 31 226 morts en France, sans bruit

Un an après être partie de Hongkong, la grippe fait, en deux mois, 31 226 morts en France, deux fois plus que la canicule de 2003. A l’époque, ni les médias ni les pouvoirs publics ne s’en étaient émus. Alors que la propagation de la grippe aviaire inquiète, retour sur cette première pandémie de l’ère moderne.

Sans bruit, sans alerte, sans souvenir !? 

L’Institut Pasteur complètement hors sujet, comme la majeure partie des « chercheurs » de l’époque. 

Il faut attendre 2003 avec les recherches de l’épidémiologiste Antoine Flahault pour connaître le nombre de victimes en France: 31 226 morts en deux mois

 

Et la grippe asiatique de 1956 – 1957…

 

Monologue du virus

Si vous n’aviez pas été aussi rapaces entre vous que vous l’avez été avec tout ce qui vit sur cette planète, vous auriez encore assez de lits, d’infirmières et de respirateurs pour survivre aux dégâts que je pratique dans vos poumons. Si vous ne stockiez vos vieux dans des mouroirs et vos valides dans des clapiers de béton armé, vous n’en seriez pas là. Si vous n’aviez pas changé toute l’étendue hier encore luxuriante, chaotique, infiniment peuplée du monde ou plutôt des mondes en un vaste désert pour la monoculture du Même et du Plus, je n’aurais pu m’élancer à la conquête planétaire de vos gorges.

 

février 2020

Le virus de la régulation
…régulation de la réification du vivant et de ses trafics d’animaux martyrisés,
régulation de la dérégulation du système de la marchandise globalisé qui a multiplié les échanges ultra-rapides (y compris de virus !)
Et heureusement que ce virus n’est guère virulent ! Imaginons la situation avec un autre virus de même origine (le massacre et la consommation d’animaux sauvages), par exemple Ebola…

 

Coronavirus has put globalisation into reverse 

 

  2 février ·

À propos du nouveau virus chinois


En Chine, habituellement, les épidémies ont, avant tout, pour origine un mépris absolu du vivant où s’illustrent beaucoup de Chinois et d’autres asiatiques : aucune empathie et réification totale garantie.

Torturant et mangeant quantité d’animaux sauvages de toutes origines (ou les utilisant dans des médications fantaisistes), ils brisent les frontières biologiques entres espèces et, donc, libèrent et font circuler des virus exotiques pour les humains*.

* à l’origine du VIH, on trouve aussi d’invraisemblables violences infligées aux Chimpanzés et Bonobos, mangés (!) ou trucidés par centaines dans des laboratoires médicaux.

Cela s’ajoute aux conditions d’élevage des animaux destinés à la boucherie – encore plus cauchemardesques qu’ici.

Aujourd’hui, la libération des virus est d’autant plus dangereuse que les marchandises et les personnes circulent vite, beaucoup trop vite, et sans contrôle. Ainsi, le chantier des « routes de la soie » porté par le système de « la croissance marchande » est-il, à tous points de vue, une aberration écologique et sanitaire.

 

janvier 2020

Sécheresse et incendies en Australie… 

Mais pourquoi ?



« Dans un virage, il y avait un koala au milieu de la route. Naturellement, on s’est arrêtés pour l’aider à quitter la route. Il a marché jusqu’à moi, assez rapidement. C’est alors qu’il est monté sur mon vélo et je lui ai donné à boire. Aucun d’entre nous n’a jamais rien vu de tel »




2 siècles de destructions

Avant l’arrivée des Européens sur le territoire australien, il y a deux siècles, les koalas étaient plus de 10 millions à l’état sauvage. Ils ne seraient aujourd’hui plus que 43 000. Les koalas sont implantés sur ces terres depuis 25 millions d’années




Les causes de cette hécatombe sont multiples. Dans un premier temps, les koalas, Phascolarctos cinereus de leur nom scientifique, ont été chassés pour leur fourrure jusqu’en 1930. Mais c’est l’urbanisation qui leur porte le plus préjudice. La déforestation massive en Australie prive les koalas à la fois d’un habitat et de nourriture.

24 janvier 20

China’s CDC says the 2019-nCoV virus originated from wild animals illegally sold at a seafood market in Wuhan

sustainability-times.com
China’s CDC says the 2019-nCoV virus originated from wild animals illegally…






Parmi les témoins de la santé de la biosphère, les Syrphes


Elles permettent, par la mesure de leur nombre et en fonction de leurs spécificités davoir une lecture continue de l’état d’un écosystème le long d’un continuum entre les deux états extrêmes  (intégrité vs. Dégradation)