Candidature alternative : la contradiction

Le projet d’une candidature « écologiste » aux élections présidentielles (celle de Pierre Rabhi) a été lancé dans l’ignorance des enseignements d’une expérience dont les initiateurs de la candidature d’aujourd’hui disent, pourtant, s’inspirer. Voilà qui montre à quel point la mémoire de l’alternative a été oubliée, combien sont méconnues les circonstances de la substitution d’un environnementalisme réformiste au mouvement alternatif, combien est lointain le dernier débat sur la philosophie politique, et qui démontre une fois de plus que la plupart des personnes sensibilisées aux questions écologiques ne sont pas prêtes de former un mouvement parce que, en contradiction avec l’une des premières règles du vivant, elles ont un mal fou à communiquer. Enfermées dans des circuits étanches les uns aux autres, elles s’ignorent de bonne foi, méconnaissant même à peu près tout de ce qui les a précédées, quand elles ne se snobent pas au sein des mêmes « associations« . Le développement du projet révèle à lui seul combien la lecture des médias écologistes – tel Silence qui a déjà diffusé beaucoup d’informations et de réflexions sur les illusions et les risques de l’utilisation de l’électoralisme – est restée confidentielle. D’ailleurs, elle a régressé de façon significative : Ecologie Infos vendait deux fois plus en 1989 que Silence treize années plus tard. C’est, entre beaucoup d’autres, un symptôme remarquable de la régression culturelle et politique entraînée par la longue dépression du mouvement alternatif.

Continuer la lecture

On résiste au système dominant depuis aussi longtemps qu’il existe et qu’il évolue. D’innombrables efforts ont été tentés, d’innombrables analyses ont été accumulées. Pourtant, le monstre est toujours là, plus fou et plus destructeur que jamais.

Est-ce vraiment étonnant pour qui observe l’orientation et l’ambiance de la plupart des courants militants qui sont censés incarner l’alternative ?

Bien sûr, l’urgence impose qu’on ne laisse pas faire, que l’on réagisse. C’est un réflexe qui dépasse la personne. Il nous est dicté par toute la vie pourvu que nous soyons restés assez ouverts pour ressentir son alarme. Mais une fois l’urgence passée…

 

L’engrenage de la réaction

 

De l’opposition à la reproduction de la domination

 

De l’alternative à la régression

 

Réapprendre à vivre et travailler ensemble

 

 

Continuer la lecture

Un vieux compagnon de route, Ivan Illich, penseur affûté toujours en recherche, toujours en évolution, toujours stimulant, nous a quitté le 2 décembre.

Il avait surfé en virtuose sur le grand « remue-méninges » des mouvements sociaux des années soixante et soixante-dix. En dépit du succès qui en avait fait une cible de choix pour les manoeuvriers de la censure et du détournement de ce mouvement, il est resté fidèle à l’esprit de la nouvelle gauche.

Continuer la lecture