LAZZARO FELICE di Alice Rohrwacher

Les âmes mortes, de Wang Bing

Hostiles, de Scott Cooper

La Forme de l’eau – The Shape of Water, de Guillermo del Toro

Il figlio (Manuel), de Dario Albertini

The Ride, de Stéphanie Gillard

L’Empereur, film de Luc Jacquet

Moi, Daniel Blake, de Ken Loach

L’Olivier, de Iciar Bollain

Cavanna, jusqu’à l’ultime seconde, j’écrirai, de Denis et Nina Robert

Le dernier loup, de Jean-Jacques Annaud

Le prix à payer, de Harold Crooks

Loin des hommes, de David Oelhoffen

Le sel de la Terre

A la recherche de Vivian Maier, de Charlie Siskel et John Maloof

Résistance naturelle, de Jonathan Nossiter

La Ligne de partage des eaux, de Dominique Marchais

La grande bellezza

Il était une forêt, de Luc Jacquet

The act of killing, de Joshua Oppenheimer

Hannah Arendt, de Margarethe von Trotta

Promised land, de Gus Van Sant

Searching for Sugar Man, de Malik Bendjelloul

Des abeilles et des hommes, de Markus Imhoof

Le grand retournement  de Gérard Mordillat

 

Continuer la lecture

« Faire de la France un pays exemplaire en matière de reconquête de la biodiversité« 

Constats et objectifs, 4 décembre 2012 (mis à jour le 18 décembre 2012), Ministère de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie (http://www.developpement-durable.gouv.fr/Constats-et-objectifs,30223.html)

 

Mais c’est le traitement réservé au bien commun qui dit la vérité de la démocratie et des institutions qui s’en réclament

Voyons un peu…

 

 

L’engrenage de la dégradation du bien commun

Saint Gengoux le Royal est devenu le National au XIXème siècle… Le premier nom – « Saint Gengoux le Royal«  a été conservé pour marquer la différence chronologique presque exacte entre le long temps du respect de l’eau et la courte période de son saccage complet (depuis la réduction du ruisseau à un canal dans la traversée de la cité jusqu’au dernier projet de station d’hydrocarbures dans son lit mineur et la nappe phréatique d’accompagnement).

par ACG 

 

Continuer la lecture